L'artiste se retire !
Ouf !





Jean-Claude Fruteau, maire de Saint-Benoît

Accueil
                                                                                                                                                                 



Il est de bon ton de faire l’éloge d’un élu qui se retire de la scène politique, pieds devant ou non. Et, l'éloge une fois couché sur le papier, on déplore à qui mieux mieux le départ de l'artiste. Les pleureuses des cocotiers pleurent à chaudes larmes, qu'elles soient de gauche ou de droite. Oui, tout le monde pleure, à Freedom aussi. Et qui donc ? Jean-Claude Fruteau, maire socialiste de Saint-Benoît. Mais, en cette circonstance,  il est de mauvais ton de rappeler à Jean-Claude Fruteau, socialiste, qui abandonne sa mairie de Saint-Benoît, le bien mauvais score du socialiste, son poulain qui veut prendre la relève avec l'aide du tout-puissant appareil municipal.

C’est au premier tour des municipales, en mars 2020, un échec fort cuisant : le candidat socialiste est quatrième. Aucune chance pour lui de remplacer Jean-Claude Fruteau à son fauteuil de maire. La gestion municipale est sévèrement sanctionnée ! C'est Patrice Selly qui mène la danse. Naguère dans le camp de Fruteau, mais depuis belle lurette, il a pris armes et bagages pour se ranger ... dans l'opposition. Il a quitté le navire pour voguer dans sa propre barque avec son équipe de jeunes. Et sans le moindre appareil municipal, il a fort bien joué du gouvernail : il est le premier à ce premier tour des municipales. Au deuxième tour, la voie lui est toute tracée : il va endosser l'écharpe tricolore de maire que lui donnera ... la bonne maire intérimaire de Saint-Benoît. 

Quant au vénérable Jean-Claude Fruteau, après s'être rasé la barbe,
comme le divin empereur Auguste, il peut clamer comme lui  : "La pièce est jouée, applaudissez ! Acta est fabula, applaudite (plausum date) !

Il est de bon ton de quitter la scène avant d'avoir à passer sous les fourches caudines, oserait dire l'audacieux Cicéron.

Gérard Jeanneau
Gières, le 7 mai 2020




                                                                                                                                                                               l'empereur Auguste


* Patrice Selly, le candidat à deux doigts du succès.

* Le poulain, Philippe Leconstant, en 4 ème position.

* Les fourches caudines.

* Selly mène la danse.

* Appel au rassemblement de tous les socialistes : c'est raté.

*
Jean-Claude fait son panégyrique sous la fidèle conduite de Yves Montrouge (n'est pas Bourdin qui veut)

*
Acta est fabula

*
mon article : plaudo

*
Les pleureuses

* Saint-Benoît dans une situation financière catastrophique : bravo l'artiste !

* La CRCR remonte les bretelles du vilain gestionnaire.

* Et l'artiste des cocotiers chez Zinfos974

Les médiathèques à Saint-Benoît

* La bibliothèque vient chez vous (mais c'est à Grenoble).

Une dette de 41 millions d'euros : vive l'artiste.





Nota bene

A Saint-Benoît, 3 médiathèques ; à Saint-Joseph, 1 seule; et pourtant deux communes de 38.000 habitants. Fruteau pense que plus on brasse du béton pour les médiathèques, plus on répand la culture : c'est faux. A Saint-Joseph, on a les pieds sur terre ! Et le maire socialiste de Saint-Joseph, Patrick Lebreton, a été élu au premier tour, et avec une large majorité. Mille bravos pour ce remarquable gestionnaire. Et pour l'autre, le grand rêveur, le songe-creux des cocotiers, qui se retire sur la pointe des pieds, je brandis le quarton rouge, comme vient de le faire la CRCR (la Chambre Régionale des Comptes de La Réunion) !

Voir la feue médiathèque Cimendef.

Patrick Lebreton, réélu au premier tour en 2020.